Carnet

CARNET

Chaque jour, trois phrases - parfois notes de travail, parfois journal intime -.





28 septembre 2021

Impossible de savoir si tu n'atteindras jamais ton but, ou si tu le touches déjà du doigt.

*

Même la nuit, les phrases continuent de tourner sur elles-mêmes.

*

Cale tes pas sur la procession du ciel.

*

 


 


27 septembre 2021

Tu cours en rêve et tu cours éveillé, tu ne t'arrêtes jamais.

*

Je pars, je m'enfuis, je fais semblant d'écrire mais je pars, écrire c'est toujours partir.

*

L'océan l'été, l'odeur des pins et le goût du sel, le sable et le vent puissant qui balaie les vagues.

*

 


 


26 septembre 2021

Par tes phrases, tu vas déplacer les bornes.

*

Que le monde me fiche la paix, que tout prenne fin, et que je dorme heureux dans les siècles des siècles.

*

Malgré les apparences, tu es un homme des bois, vivant parmi les arbres, silencieux et immobile comme eux.

*

 


 


25 septembre 2021

Tu relies un point à un autre, et les phrases se dressent soudainement d'elles-mêmes.

*

Marchant à l'abri des récits, comme s'ils étaient ton toit.

*

Même si tu ne sais pas ce que tu écris vraiment, les phrases le savent pour toi.

*

 


 


24 septembre 2021

En définitive, tes textes sont asez grands pour se défendre tout seuls.

*

J'ai dormi, j'ai rêvé, j'ai vécu, j'ai écrit, j'ai aimé, et tout s'est mélangé.

*

Naturellement, tu avances le long d'une allée de fleurs.

*

 


 


23 septembre 2021

N'oublie jamais que tu marches dans la trace des géants.

*

Tu guides moins les mots qu'eux-mêmes te guident.

*

Accorde à tes phrases la plus grande confiance, ne te soucie plus de rien, elles s'occupent de tout.

*

 


 


22 septembre 2021

Sans cesse, et dans un grand rire, tu pointes le ciel du doigt.

*

Plus je suis caché, plus j'écris facilement.

*

Aie la plus grande confiance dans les phrases du matin, celles qui paraissent sans origine.

*

 


 


21 septembre 2021

Par la grâce des mots, tu relies ton départ et ton arrivée aussi vite que l'éclair.

*

Tu fais basculer à nouveau ton lecteur dans son propre corps.

*

C'est toi qui relie les mondes entre eux, tu es l'irremplaçable pont.

*

 


 


20 septembre 2021

La vérité est une apparition, elle ne s'annonce pas, elle vient quand elle veut.

*

Je demande aux mots d'éclairer ma lanterne.

*

Tu déplaces des montagnes, c'est pour ça que c'est si lent et si difficile.

*

 


 


19 septembre 2021

Utilise à ton avantage ces précieux vents contraires.

*

Je ne sais pas qui je suis, et là se trouve ma chance, je reste à découvrir.

*

Avançant dans ton propre sillage, tu te déplaces de plus en plus vite.

*

 


 


18 septembre 2021

Les montagnes m'emportent autant que je les emporte, le paysage est balayé par la tempête du Temps et moi avec lui.

*

Puisque tu tiens le monde tout entier dans la paume de ta main, décris-la.

*

Je voyage quand je veux et comme je veux, je ferme les yeux puis je les rouvre, et j'écris ou je lis.

*

 


 


17 septembre 2021

Les phrases sont tes reines, ce sont elles qui te mènent.

*

Heureusement, ce n'est pas toi qui te bats, tes textes le font pour toi.

*

La succession de tes pensées forme une immense carte que l'on peut lire du ciel.

*

 


 


16 septembre 2021

Sous cent prétextes, l'adversaire cherche en réalité à te détourner de ton seul but, écrire juste.

*

Je ne sais pas freiner, seulement accélérer, et ainsi échapper au danger.

*

Préserve toujours en toi la plus grande santé.

*

 


 


15 septembre 2021

Tu perces la nuit aussi vite que tu peux, l'avenir te donnera raison.

*

Parce que je ne me vois pas le faire, je parviens avec facilité à marcher sur un fil.

*

Appuie-toi sur les arbres et sur leur feuillage, ce sont tes meilleurs alliés.

*

 


 


14 septembre 2021

Il te faut l'admettre, dorénavant la Terre tourne autour de toi.

*

Un autre temps et un autre espace, mais cependant toujours ton corps, entier et de plus en plus fort.

*

Tu marches nuit et jour, sans tenir compte ni de la peur ni de la fatigue.

*

 


 


13 septembre 2021

Les mots trouvent tout seuls leur place à l'intérieur des phrases, mais ils ont besoin que tu les regardes faire.

*

Le soleil seul ne peut créer l'été, il faut aussi la chaleur, le vent, le sable et l'océan.

*

Trouve la fontaine qui devra se tenir au centre de tes livres.

*

 


 


12 septembre 2021

Les bons jours, avec une extraordinaire facilité, tu déplies ton récit.

*

Je bâtis des certitudes, j'utilise des phrases pour réduire le désordre.

*

Tu repousses toujours plus loin l'ancien monde afin d'accélérer la venue du nouveau.

*

 


 


11 septembre 2021

Laisse le courant du fleuve trouver la juste route pour toi.

*

Chaque fois que cela te semble nécessaire, tu te règles sur le cours naturel.

*

Que mille fleurs s'épanouissent, que mille livres rivalisent.

*

 


 


10 septembre 2021

En écrivant, tu pars le plus loin possible.

*

Ayant une certaine pratique des folles et des fous, tu fais tout ton possible pour les fuir, mais parfois ils te poursuivent.

*

Laisse le ciel te rendre ta lumière et toutes tes couleurs.

*

 


 


9 septembre 2021

Il te faut ramener les phrases de tellement loin, que c'en est effrayant.

*

Je m'éteins et je m'endors pour trois mille années, le temps de me reposer.

*

À moi, les tunnels nombreux et secrets par où sillonner la Terre à la vitesse de l'éclair.

*

 


 


8 septembre 2021

Tu attends avec une infinie patience l'arrivée de vents favorables.

*

Apprends à te déplacer sur une route que personne ne peut bloquer.

*

Quelque chose a eu lieu, tes phrases en retiennent l'ombre.

*

 


 


7 septembre 2021

Les rues de Paris se souviennent et te parlent, et elles comptent sur toi pour écrire.

*

Tu te tends très lentement pour mieux ensuite te détendre soudainement, plus rapide que l'éclair.

*

Les mots, les phrases, les paragraphes, les chapitres, emportent tout sur leur passage, y compris toi et les autres corps.

*

 


 


6 septembre 2021

Établis ton royaume parmi les fleurs et les palmiers, au milieu d'une jungle paisible et lointaine.

*

Instinctivement, tu comprends que si tu ne te déplaces pas immédiatement, tu deviendras une cible.

*

Parce que tu restes sans cesse en mouvement, tu ne peux pas être capturé.

*

 


 


5 septembre 2021

Tous tes textes passés et futurs te soutiennent, ce sont eux qui te sauvent.

*

Je suis né des centaines de fois.

*

Tu as marché sur l'eau, tu marcheras sur les nuages.

*

 


 


4 septembre 2021

Un million de mots convergent vers toi pour soutenir ta bataille.

*

Je parviens à écrire parce que je n'ai pas peur.

*

Les journées, comme une succession de couleurs.

*

 


 


3 septembre 2021

Tu décris tout simplement des cercles de plus en plus larges, plus rapides et plus lumineux.

*

Même dans les situations les plus inextricables, tu trouves une issue favorable.

*

Toutes les phrases de vérité, il te faut à un moment ou un autre, les écrire à la main.

*

 


 


2 septembre 2021

Remercie tes ennemis, qui sans s'en douter, te rendent plus vif, plus profond, plus doux, plus grand.

*

À la fin, ce sont toujours les morts qui gagnent et qui sauvent les vivants.

*

Que la paix soit sur toi, dit le lion du saint patron de Venise à son évangéliste.

*

 


 


1er septembre 2021

Les bons jours, le ciel t'appartient dans sa totalité.

*

Une seule phrase équivaut à mille mondes.

*

Naturellement, tu es tout ce dont tu ne te souviens pas.

*

 


 


31 août 2021

N'oublie pas, le poète a dit que le ciel nourrira les étoiles.

*

Un jour, tes souvenirs seront ton bien le plus précieux.

*

Chaque soir, au-dessus de l'horizon, une dernière fois les cieux prennent feu.

*

 


 


30 août 2021

La nuit, tu cours encore plus vite, tu rattrapes ton retard du jour.

*

Pour qui saura te lire, tu es une horloge qui donne toujours l'heure juste.

*

Lorsque tu hésites, reviens aux couleurs primaires, rouge, jaune, bleu.

*

 


 


29 août 2021

Un à un, tu révèles les rouages des corps.

*

Je dors, je lis et je ris depuis tant d'années, depuis la nuit des temps.

*

Tu t'es embarqué pour un très long voyage le jour où tu as commencé d'écrire.

*

 


 


28 août 2021

Ne regarde pas le chemin parcouru, ravis-toi de celui qui reste à faire.

*

Mon sommeil est ma boussole, mieux je dors et plus mon cap est sûr.

*

Tu marches entre la plage et l'océan, tu n'es ni l'une ni l'autre, tu es l'écume.

*

 


 


27 août 2021

Ouvre toutes les boîtes de Pandore, libère tous les vents.

*

Étrangement, mes ennemis semblent peu nombreux et peu motivés.

*

L'été, tu marches sous un ciel de feuilles.

*

 


 


26 août 2021

Je cherche aveuglément, et parfois je trouve fortuitement.

*

Ton corps se consacre à la transformation de la nourriture en pensée.

*

Chaque soir, le sommeil et le rêve ont raison de moi.

*

 


 


25 août 2021

Par quel miracle tu réussis à flotter, voilà ce que tu ignores.

*

Parce qu'il s'agit de renverser le monde, l'effort à produire sera titanesque.

*

Tes phrases, lorsqu'elles sont exactes, distribuent leur jugement.

*

 


 


24 août 2021

À chaque page, tu avances en pleine obscurité, mais toujours droit devant toi.

*

Je viens de l'autre rive, j'ai enjambé le gouffre.

*

Par la seule grâce de la chance, tu remets en ordre les lettres, tu reformes les mots et tu engendres la joie.

*

 


 


23 août 2021

Tu ne cesses de t'étonner d'être né.

*

Toute la journée tu es concentré sur l'histoire à raconter, puis la nuit venue tu t'offres totalement au sommeil.

*

Tes congénères semblent perdus, mais toi tu t'es trouvé.

*

 


 


22 août 2021

Tu t'imagines que tu chutes alors que tu lévites, ne crains rien.

*

Je m'accroche au moindre souvenir, il m'arrime en moi.

*

Tu fais en sorte que le jardin merveilleux soit tout ce qui t'entoure.

*

 


 


21 août 2021

Tu ne t'intéresses plus qu'aux milliers de fleurs, au ciel bleu, aux hirondelles rapides, et au feuillage des arbres.

*

Je tends la main, je saisis, puis je décris ce que j'ai saisi.

*

En se couchant, le soleil emporte le ciel et tous ses nuages, il tire la couverture à lui.

*

 


 


20 août 2021

L'océan m'amène des mots, en retour je lui confie des phrases.

*

Le monde avance avec toi, il s'arrime à tes livres et se déplace ainsi.

*

Je m'applique chaque jour à entretenir mon rire, préserver ma joie intérieure.

*

 


 


19 août 2021

Heureux homme, tu as la chance de pouvoir voler, planer à volonté au-dessus des années.

*

L'univers parfait existe, c'est ta bibliothèque, tous les chefs-d'½uvres anciens, présents, futurs.

*

Tu décris des cercles autour du c½ur de tes pensées, tout en semant des fleurs qui aussitôt éclosent.

*

 


 


18 août 2021

Tu te déplaces sur une route plus rapide que toutes les autres routes.

*

Le réveil est le moment de l'écriture, l'instant de la résurrection.

*

Tu marches sur le Temps comme d'autres marchent sur l'eau.

*

 


 


17 août 2021

Parce que j'ai gagné une fois, grâce aux phrases je gagnerai toujours.

*

Tu vois sur ta gauche, tu vois sur ta droite, tu vois derrière toi et tu vois devant toi, tu vois au-dessous et au-dessus de toi, et tout cela sans aucun mérite.

*

J'habite au dernier étage du plus élevé gratte-ciel.

*

 


 


16 août 2021

Là où tu te tiens, tu vois des choses que personne n'avait vues avant toi.

*

Place l'évidence en pleine lumière.

*

Autant que possible, tu essaies d'habiter des villes qui te sont favorables.

*

 


 


15 août 2021

Ton corps est capable de vivre dans deux lieux à la fois, et même davantage.

*

Tes phrases résolvent instantanément les plus complexes équations.

*

Tu les escalades les unes après les autres : chaque nouvelle montagne est pour toi la marche d'un escalier.

*

 


 


14 août 2021

C'est parce que tu reviens du c½ur des choses que tu peux t'expliquer en phrases.

*

Dans le rêve, elle te dit : « Je suis contente de vous connaître.»

*

À chaque naissance, les gens d'ici construisent un nouveau gratte-ciel.

*

 


 


13 août 2021

Tu as pris place dans un train qui traverse le ciel.

*

Je cours sans raison, je le fais parce que cela me rend mystérieusement heureux.

*

Bien sûr, ton écriture parfois hésite, mais elle ne s'arrête jamais.

*

 


 


12 août 2021

Tu arrives de très loin, tu vas encore plus loin, et pourtant tu as tout ton temps.

*

J'ai placé toute ma confiance dans les phrases, j'ai remis ma vie entre leurs mains.

*

Cette ville est ton alliée, elle te soutient secrètement, totalement et perpétuellement.

*

 


 


11 août 2021

Naturellement, au moment d'écrire, ta main ne tremble jamais.

*

Tu caches des milliers de phrases à l'intérieur de toi, qui te suivent partout où tu vas.

*

Le soleil est de ton côté, il tourne autour de toi.

*

 


 


10 août 2021

Ta voix porte bien plus loin que tu ne l'imagines.

*

Un balcon au bord de l'eau, c'est tout ce qu'il te faut pour vivre au paradis.

*

Si tu connaissais ta vraie taille, tu serais effrayé.

*

 


 


9 août 2021

J'écris comme si je n'étais plus vivant, et que ma main continuait de tracer les lettres à la façon d'un c½ur battant perpétuellement.

*

Tu n'as plus aucun passé, tu n'as qu'un incommensurable avenir.

*

Pour plus de clarté tu sautes les étapes, tu vas à l'essentiel, directement au but.

*

 


 


8 août 2021

Sache que tu vivras toujours, et il n'y a pas de plus grande nouvelle.

*

Tes phrases ont balayé le monde ancien en une fraction de seconde.

*

Tu fais confiance à la grande rivière, son courant t'est toujours favorable.

*

 


 


7 août 2021

Le moment venu, tu deviens la pointe de la flèche qui vole vers sa destinée.

*

Ne cherche plus, et aussitôt tu trouveras.

*

Tu attends patiemment que le nouveau monde se bâtisse sur tes phrases.

*

 


 


6 août 2021

Attends calmement le soutien des éléments, il viendra.

*

J'écoute ma main, je découvre avec surprise ce qu'elle écrit pour moi.

*

La Voie, toute tracée face à toi, ne jamais quitter cette Voie.

*

 


 


5 août 2021

C'est la route qui te fait tenir debout et continuer ta course.

*

Je lis, j'écris, je vis.

*

Tu pars en voyage avec ton sac sur le dos, et dans ce sac toute ta vie passée.

*

 


 


4 août 2021

Ouvre le texte entièrement, avant de le refermer soudainement, puis recommence sans cesse, tel le mouvement des ailes.

*

Cela fait déjà plusieurs années que je vis dans le futur, avec un corps présent dans le passé.

*

Tu écris ce que tu écris parce que tu sais que le moment est venu de parler, et qu'ensuite il sera trop tard.

*

 


 


3 août 2021

Tu as bâti ta maison au milieu d'un lac, personne ne vient t'y déranger.

*

Une seconde d'inattention et c'est l'accident assuré, tes phrases partent dans le décor.

*

C'est toi qui a la charge d'engendrer le paysage et le spectacle qui l'anime, c'est toi qui t'occupes de créer le futur.

*

 


 


2 août 2021

Écrire, c'est nager à contre-courant , souvent sous l'eau et pourtant perpétuellement ébloui par un soleil ardent.

*

Je m'épuise à nourrir le récit qui me ressuscitera.

*

Un temps nouveau, sous un ciel nouveau, et au milieu de corps nouveaux, voilà ce à quoi tu ½uvres patiemment.

*

 


 


1er août 2021

Où que tu ailles, tu restes à l'abri des phrases.

*

Naturellement, quand tu écris vraiment, tu ne comprends pas ce que tu es en train de faire.

*

Chaque nouveau livre est la traversée d'un nouvel océan.

*

 


 



   SUITE >>>>>





NOTES :

- Le Carnet existe depuis 2007. Il est en cours d'archivage.

- La partie 2014-2016 paraîtra dans un délai indéterminé sous forme de livre papier.