Carnet

CARNET

Chaque jour, trois phrases - parfois notes de travail, parfois journal intime -.





24 janvier 2021

Tout ce qui t'arrive tourne au bénéfice des phrases que tu as écrites et écrira encore.

*

Tes mots font secrètement pression sur le monde.

*

L'océan viendra jusqu'à toi et t'emportera comme à la marée montante une barque échouée.

*

 


 


23 janvier 2021

Sous tes yeux, chaque lettre se change en diamant.

*

Ce sont les phrases qui m'entraînent avec elles, moi je n'aurais pas la force.

*

Même mort, un écrivain écrit encore.

*

 


 


22 janvier 2021

Sans que tu le saches encore, tout ce que tu fais te mène vers le mieux.

*

Ma barque est amarrée tout près, au moindre danger, je prends la mer et je gagne l'Angleterre.

*

Sois de plus en plus concentré, sois le maximum de toi, toi au-delà de toi.

*

 


 


21 janvier 2021

Tu travailles à même la réalité, tu l'écris tout seul, et personne ne veut le croire.

*

Je m'appuie sur quatre pieds et je profite de dix bras, avec une seule tête recouverte de mille invisibles yeux.

*

Tous les hivers se changeront bientôt en étés.

*

 


 


20 janvier 2021

C'est le plus naturellement que tu remontes le cours du Temps.

*

Tout se passe comme tu l'avais, dans le futur, déjà prévu.

*

Après cent mille réglages de grande précision, le mécanisme fonctionne, le livre peut être lu.

*

 


 


19 janvier 2021

Laisse-toi guider par ton envie, et donc par la grammaire.

*

Ce qui te parle, tu peux le faire parler à ton tour.

*

Face au poison, choisis le contre-poison : luxe, calme et volupté.

*

 


 


18 janvier 2021

Quand tu réfléchis intensément à ta vie, tu comprends que tout y est merveilleux.

*

Va où tu veux aller, c'est-à-dire écris.

*

Ta trajectoire a coupé celle du monde au meilleur moment, mais il l'ignore encore.

*

 


 


17 janvier 2021

Tu n'attends pas, tu n'attends rien, tu n'as pas le temps pour ça, tu agis donc tu écris.

*

Je rends la vue aux faux aveugles, je leur rouvre les yeux.

*

Partout dans les bibliothèques, des milliers d'escaliers pour gravir le ciel.

*

 


 


16 janvier 2021

Cent livres écrits te donneront cent vies.

*

Tu creuses ton tunnel d'évasion, tu bâtis ton autre monde, tu connais ta destination.

*

Dans ton univers, même les arbres deviennent des soleils.

*

 


 


15 janvier 2021

Tu as conquis ton pays, le reste n'a plus d'importance.

*

Les milliers d'heures que tu as vécues sont rappelées à toi une à une, et chacune porte sa propre couleur.

*

Fais entrer l'océan au c½ur des villes les plus immenses.

*

 


 


14 janvier 2021

Par quel secret les flèches que tu tires à l'aveugle atteignent aussi aisément le centre de leur cible ?

*

Face aux obstacles, tu ne dévies pas, et ils s'écartent d'eux-mêmes pour te laisser passer.

*

Le bruit de tes pas résonne pendant au moins un millier d'années.

*

 


 


13 janvier 2021

Les phrases respirent, je sais de quoi je parle, depuis trente ans elles vivent autour de moi.

*

Tout roman a une fin, et c'est cette fin qui donne sa beauté au début, appelons ça l'éternel recommencement.

*

Tu sais où te procurer de l'espoir sans limite, une source pure et intarissable.

*

 


 


12 janvier 2021

Tu n'accompagnes pas ton texte, c'est lui qui t'accompagne.

*

Pour chaque phrase, avant d'avoir commencé tu as déjà fini, tu as achevé la chose.

*

Tu aimes que sous la grâce du soleil puissent s'unir beauté et folie.

*

 


 


11 janvier 2021

En vérité, partout où tu vas tu restes le roi.

*

J'élargis le tunnel, j'agrandis l'avenir, j'augmente la taille de l'Univers pour pouvoir grandir.

*

Toutes les vagues se tiennent les unes aux autres et pourtant elles sont différentes, et de même tes phrases.

*

 


 


10 janvier 2021

J'écris depuis l'envers du Temps, depuis le futur ou n'importe quel autre lieu singulier.

*

Tu es à la fois la grue et la chose soulevée par la grue.

*

Je me tiens au bon endroit et j'attends patiemment le passage de la comète, qu'elle me percute et m'emporte avec elle.

*

 


 


9 janvier 2021

Chaque fois que tu doutes d'être protégé par tes phrases, elles te le rappellent.

*

Dix mots suffisent à sceller la perfection et ouvrir le chemin du ciel.

*

Avec assez de travail, tu parviendras à substituer à ce pauvre vieux monde un nouvel univers.

*

 


 


8 janvier 2021

Chaque jour, il te faut par les phrases mettre un peu d'ordre dans le chaos ambiant.

*

Les années t'ont appris à augmenter ta vitesse.

*

Dès qu'il s'ouvre, le ciel parle pour toi, et ses nuages fous sont une épopée.

*

 


 


7 janvier 2021

Elles sont tes filles, tes mères, les femmes de ton peuple, tes déesses, aussitôt que les phrases se réunissent pour toi.

*

Les lignes imprimées continuent de courir, peu importe l'état du monde.

*

Quelle mystérieuse complexité fait surgir la littérature ?

*

 


 


6 janvier 2021

Les mots magiques te cherchent pour te couronner.

*

Tu coules comme l'eau, et comme elle tu adoucis les pierres.

*

Sois aussi impassible qu'un paysage d'été, laisse ton texte prendre le relais de ton corps.

*

 


 


5 janvier 2021

Multiplie les signes devant le monde, jusqu'à devenir le premier des dieux.

*

Tu engendres l'éternité, elle naît entre tes mains.

*

Bien serré dans ta tour, tu es enfin toi-même.

*

 


 


4 janvier 2021

Les livres grandissent tout seuls, l'auteur en est un simple complice.

*

Tu fends les eaux sans effort, tu les ouvres si nécessaire, et tu franchis la mer à pieds.

*

Des milliers d'années de relecture avant que tes phrases soient justes.

*

 


 


3 janvier 2021

À toi de savoir régner sur tes phrases.

*

Attrape l'émotion à pleine main, puis serre-la jusqu'à ce que les mots viennent.

*

Il faudra bien qu'un jour tu écrives tes mémoires.

*

 


 


2 janvier 2021

Tu n'attends pas, tu renverses les obstacles et tu fonces vers ta destination.

*

Imite les dieux grecs, déplace-toi par les airs, envole-toi.

*

Tu relies des points sur la carte, tu traces des lignes avec, puis tu longes ces lignes sans jamais les franchir.

*

 


 


1er janvier 2021

Invisible à tous, tu continues ta course.

*

Même si tu ne t'accroches pas à tes phrases, tes phrases s'accrochent à toi.

*

En jouant contre toi, le monde te favorise.

*

 


 


31 décembre 2020

Tu places chaque mot à sa place et le puzzle s'éclaire.

*

Je fabrique du soleil, mon corps est né pour ça.

*

Tous les matins, tu racontes ce qui s'est passé ou pourra se passer, la grande figure du Temps.

*

 


 


30 décembre 2020

Tu penches sur le côté et ta vitesse en est décuplée, comme tout bon voilier au milieu du grand vent.

*

Écrire, c'est préserver sa liberté, chaque nouvelle journée vient le prouver.

*

Ne sois pas effrayé par les obstacles naturels, enjambe-les en allongeant ta foulée.

*

 


 


29 décembre 2020

Tes pauvres livres n'ont d'autre force que celle de tes lecteurs.

*

Je reviens sans cesse de voyage, de sorte que je vis dans l'éternel retour.

*

Tout ce que tu n'as pas oublié, tu dois le raconter dans l'ordre où les choses se sont passées.

*

 


 


28 décembre 2020

Ta voie est de ne pas lutter et pourtant savoir vaincre.

*

Les phrases continuent leur longue marche vers toi, elles seront bientôt là.

*

Tu fonces à la plus grande vitesse dans la nuit la plus noire.

*

 


 


27 décembre 2020

Inutile de te hâter puisque le Temps t'appartient.

*

Chaque fois que c'est nécessaire, je modifie l'attraction terrestre à mon bénéfice.

*

Pars dans toutes les directions, à la façon des racines explorant le sol.

*

 


 


26 décembre 2020

Puissent les phrases t'obéir au doigt et à l'½il, et le ciel t'appartiendra.

*

Tu chevauches les dauphins avec aisance, ils t'aident à traverser les océans comme tu veux.

*

Quoi qu'il arrive, les fleurs continueront de fleurir, elles n'ont rien à faire de toi.

*

 


 


25 décembre 2020

Tu te glisses dans mille voies, tu découvres mille sentiers, tu empruntes tous les passages possibles pour continuer ta course.

*

Heureux homme, hissé au paradis, et regardant sans comprendre le vieux monde usé tout en bas.

*

Ne t'attarde pas devant les fausses étoiles clignotant dans la nuit, reste fixé sur ta destination.

*

 


 


24 décembre 2020

Il faut qu'à chaque instant tu saches où tu te trouves exactement.

*

J'approfondis les lieux, j'approfondis les corps, j'écris sans relâcher l'effort.

*

Garde le soleil avec toi, comme ces nuits blanches durant lesquelles le jour ne se couche jamais.

*

 


 


23 décembre 2020

Tu mises tout ton futur sur la chance et la guérilla.

*

En permanence, à la droite de ta main, la main des morts illustres est là qui te soutient.

*

Tu te sens vivre dans tous les pays à la fois, tournant autour du globe comme une flèche éternellement en vol.

*

 


 


22 décembre 2020

Tu traverses des milliers de tunnels bizarres ou merveilleux, dont tu oublies la plupart.

*

Inexplicablement, tu parviens à te glisser entre les obstacles et continuer ta course régulière.

*

Plus tu seras heureux et mieux tu écriras, et inversement.

*

 


 


21 décembre 2020

Tu n'écris pas vraiment, tu te relis très exactement.

*

Les phrases elles-mêmes te soutiennent et t'aident à les tracer, tu ne ferais rien sans elles.

*

Penche-toi sur ce qui dépasse, ce qui perce les nuages et reste pour toujours au-dessus de tout.

*

 


 


20 décembre 2020

Tu fais tourner le monde sur lui-même comme s'il avait un axe.

*

Impossible pour moi de savoir si j'invente ou si je n'ai rien oublié.

*

Naturellement, Paris t'appartient mais elle nie farouchement.

*

 


 


19 décembre 2020

Ce n'est pas parce qu'une chose échoue, qu'elle n'a pas paradoxalement malgré tout prospéré.

*

Dans beaucoup de domaines, je laisse le sommeil décider pour moi.

*

Tu es un grand enfant qui ne pense qu'à jouer, alors tu écris.

*

 


 


18 décembre 2020

C'est parce que tu ne te reposes jamais que tu peux rester libre.

*

Les horloges t'écoutent, là est ton grand pouvoir.

*

Fais en sorte que l'été soit sans cesse recommencé.

*

 


 


17 décembre 2020

Et bien sûr, chaque nouvelle ligne écrite est une victoire.

*

Ce sont les mots ajoutés les uns aux autres qui me redonnent la vue.

*

Quoi que tu écrives, tu retournes toujours chez toi.

*

 


 


16 décembre 2020

Tu escalades les vagues les unes après les autres aussi tranquillement que si la mer était d'huile.

*

J'essaie de déplacer des masses un million de fois plus grandes que moi, parfois j'échoue, parfois je réussis.

*

Chaque heure qui passe t'enrichit.

*

 


 


15 décembre 2020

Il n'y a pas plus étrange que la route que tu t'es choisie.

*

Parce que tu connais déjà ton futur, tu parviens à agir avec sérénité.

*

Tu vois toute ta vie comme une aile sous laquelle t'abriter.

*

 


 


14 décembre 2020

Devant le tourbillon, tu es pour toi un plus grand tourbillon encore.

*

Une incompréhensible force t'aide à percer les murailles du Temps.

*

Dans certaines villes de la planète, tu te sais sous la protection du ciel.

*

 


 


13 décembre 2020

Reliant entre eux les points que tu as choisis, tu dessines l'exacte figure du ciel.

*

Réjouis-toi de l'imprévisibilité permanente des choses, elle te rend toujours plus vivant.

*

Le vent et l'océan poussent tes millions de mots vers leur juste destination.

*

 


 


12 décembre 2020

Rien n'a changé, si tu ne l'écris pas, personne ne l'écrira à ta place.

*

Tu veux faire écran au néant, les phrases sont placées là pour ça.

*

Perché dans ta tour, tu surveilles les angles, histoire de voir venir.

*

 


 


11 décembre 2020

Une terre nouvelle apparaît sous chacun de tes pas.

*

À la fin, tout disparaît, sauf les livres et les histoires qu'ils contiennent.

*

Naturellement, c'est à Paris que tu gagnes tes plus beaux paris.

*

 


 


10 décembre 2020

Où que tu te trouves, tu dois demeurer le centre de tout.

*

Deviens l'homme aux cinquante châteaux.

*

Tu résistes à cette folie furieuse que, de temps à autres, un pauvre type veut te communiquer.

*

 


 


9 décembre 2020

Tu t'es donné pour mission de ressusciter le plus de corps possible.

*

J'avance sans repos, sans visibilité et sans protection, mais malgré tout sans peur.

*

Tu changes instantanément les crépuscules en aubes.

*

 


 


8 décembre 2020

Chaque heure, tu redessines le monde, et jamais il ne peut le savoir.

*

À travers tes yeux, la vie devient extraordinaire.

*

Fais pousser autour de toi des arbres de lumière.

*

 


 


7 décembre 2020

Quand tu perds une fois, tu gagnes les neuf autres fois.

*

Par quelques phrases, tu transformes le plomb en or.

*

Tu te fonds dans le courant, tu ne fais plus qu'un avec la haute mer.

*

 


 


6 décembre 2020

Ne crains rien, tu cours plus vite que tous les atomes du monde.

*

Heureux comme moi en France.

*

Si parler est nécessaire, tu parles, si se taire est nécessaire, tu te tais.

*

 


 


5 décembre 2020

Plonge de plus en plus profond et nage droit devant.

*

Naturellement, tes phrases sont les seules à savoir qui tu es.

*

Si tu as su ouvrir la mer, tu sauras ouvrir le ciel.

*

 


 


4 décembre 2020

Le simple fait d'écrire modifie le monde et le tourne à ton avantage.

*

Sous la grammaire, agit une puissante alchimie.

*

Tout ce que tu désires vraiment finit par arriver, tu retourneras là où le soleil naît.

*

 


 


3 décembre 2020

Tu t'es fait torrent et tu cours vers ton océan.

*

Attache-toi à tous les détails et sanctifie-les.

*

Ton lit est amarré à un ponton, dès la nuit tombée tu gagnes le large.

*

 


 


2 décembre 2020

Tu attires à toi la pente, tu la fais verser dans ton sens.

*

Se noyer dans le ciel, rester dressé au milieu du bleu, voilà un honnête projet.

*

Tu n'as jamais peur lorsque tu écris, tu es protégé par tes phrases futures et passées.

*

 


 


1er décembre 2020

Laisse les petits humains sur leur petite planète, remonte sur ton Olympe.

*

J'avance au c½ur d'un labyrinthe, et des époques, des lieux et des corps marchent avec moi.

*

Le feuillage des arbres te protège, te cache et t'encourage toujours davantage.

*

 


 



   SUITE >>>>>





NOTES :

- Le Carnet existe depuis 2007. Il est en cours d'archivage.

- La partie 2014-2016 paraîtra prochainement sous forme de livre papier.